Vivre seul

Les jours défilent. Les semaines s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Je m’habitue peu à peu à mon nouveau lieu de vie, je prends mes marques. Ma colocataire est super sympa et parfois j’ai l’impression que l’on se connaît depuis toujours. On mange ensemble de temps en temps devant un film. On se fait des pattes à la carbonara et on parle de nos rencontres, de nos histoires respectives. Heureusement qu’elle est là, autrement je me sentirais vraiment isolée. Je fais du télétravail toute la semaine et le week-end je ne vois personne parce que Covid et couvre feu et puis la pluie, et puis la fatigue accumulée.

Mais depuis deux semaines je parle à un garçon. Ma coloc m’a convaincu de m’inscrire sur un site de rencontre pour arrêter de ruminer ma rupture. Au début, je n’étais pas convaincue, je passais sur les profils plus pour passer le temps. Et puis j’ai commencé à parler à quelqu’un. Il m’a fait rire et puis nos discussions s’enchaînaient avec beaucoup de facilité. On s’est rencontré un jeudi après-midi. Je me suis tout de suite sentie à l’aise et il m’a fait rire. Je n’ai jamais autant ri depuis ma rupture. Il a cette façon très direct de dire les choses, beaucoup de second degré et aucun filtre. Il m’a tout de suite dit que je lui plaisais et il m’a ouvertement dragué ce qui m’a bien entendu mis très mal à l’aise. Il a un charisme fou, on pourra l’appeler Johnny. Johnny parce que je m’amuse à dire à toutes mes amies qu’il ressemble à Johnny Depp en plus jeune. Il est fan de Jack Kerouac. Il a une voix magnifique, les cheveux long, des tatouages et une dégaine très bobo / baroudeur. Il voyage beaucoup pour son travail. Il a toujours plein d’anecdotes à me raconter et ça me change les idées. Quand je suis avec lui je ne pense à rien d’autre et cela me fait beaucoup de bien.

Cela va très vite, trop vite. Je lui ai dit que je n’étais pas prête pour aller plus loin que cette amitié pour le moment et il était doux et très compréhensif. Et puis il va surement bientôt repartir à l’étranger pour le travail. J’ai l’impression d’avoir énormément de chance de l’avoir rencontré. On a beaucoup de points communs. Il me donne des conseils pour apprendre à jouer de la guitare et on passe des soirées à regarder des films et manger japonais. J’ai l’impression d’avoir gagné un ami.

En parlant d’ami, j’ai revu une amie d’enfance que j’avais perdu de vue depuis 10 ans. Parfois la vie est vraiment incroyable. Je suis quelqu’un de très terre à terre et pourtant plein de choses m’arrivent parfois dans des moments vraiment étranges. Je me sentais seule et relier un lien avec cette amie c’était comme si l’univers m’envoyait un signe. Encore un. Un signe pour me dire que non, je ne suis pas seule. Les personnes qui comptent pour moi seront toujours là. Il y a des personnes avec qui j’ai un lien unique et je ne les perdrais jamais c’est certain. Avec cette amie, c’était comme si nous ne nous étions jamais perdue de vue. C’était comme si on avait continué à mener notre vie en parallèle, avec des points de rencontre invisibles. J’ai pensé à elle et elle à moi pendant toutes ces années et je pense que nous avons une même manière de voir le monde et de l’appréhender. Elle a fondu en larme devant moi. Je ne m’y attendais pas du tout. Elle a réussi en quelques minutes à me toucher au plus profond. Elle était là devant moi à me donner son empathie, sa bienveillance après toutes ces années à ne plus se voir ni se parler. Si j’avais osé, je l’aurais serré dans mes bras pour lui montrer que ce n’était pas sa faute, que la vie en avait fait ainsi et qu’il aura fallu une pandémie et plus de dix ans pour que nos chemins se rejoignent. La vie est belle. Ces retrouvailles m’ont redonné une envie de vivre et de trouver du sens dans les petites choses comme les grandes.

Il semble que tous les gens qui me font du bien partent loin de moi en ce moment. Ma colocataire part au Guatemala pendant un mois, Johnny part en Nouvelle-Guinée dans un mois, à peine.

De mon côté je n’ai pas la motivation pour grand chose à part la photo et la guitare. Les jours de travail s’enchaînent laborieusement et je peine à bosser sur mes cours. Dans une semaine j’ai ma deuxième soutenance et rien n’est prêt. Je devrais paniquer mais je n’en ai au fond rien à faire. Parfois je ne sais plus pourquoi je fais cette formation à part pour avoir un travail et pouvoir mettre assez d’argent de côté pour m’acheter plus de matériel photo.

Vivre seul. La solitude revient très régulièrement dans mon vocabulaire en ce moment. J’ai l’impression de chercher perpétuellement le contact avec l’extérieur. Et pourtant j’ai aussi ce sentiment que je ne fais que remplir un vide, une distraction pour ne pas affronter ce qui ne va pas. Ce qui ne va pas en moi et que je dois guérir. Je dois réapprendre à vivre seul, à aimer ma compagnie, à m’occuper sans internet, sans rendez-vous. Alors oui, cela fait du bien de sentir l’attention mais cela ne sert à rien si c’est pour me donner l’illusion que je ne suis pas seule. Au fond, je sais que je ne le suis pas. J’ai une famille, des amis, loin de moi, mais ils sont là, ils m’envoient leurs soutiens et seraient là quoi qu’il arrive pour me donner du réconfort. J’ai de la chance. Non le vrai problème ce n’est pas que je suis seule, c’est que je ne sais plus comment vivre face à moi-même.

Quand j’étais plus petite j’adorais pouvoir me retrouver seule, faire mes choses à moi, dans mon coin. Prendre du temps pour moi. J’en avais besoin et j’en avais conscience. Aujourd’hui je n’arrive plus à retrouver ce besoin. J’ai l’impression que je peux y arriver mais cela me demande des efforts, retrouver une routine, réapprendre à me faire du bien. Je réapprends à cuisiner, préparer des plats que j’aime, regarder des films qui m’intéressent, me laisser le temps d’apprendre à faire des choses. La guitare me donne beaucoup de difficultés. Parfois j’ai l’impression que mes doigts n’arriveront jamais à jouer les morceaux que j’aimerais apprendre mais j’essaye, je répète, encore et encore. Et ce n’est pas grave si je n’y arrive pas. La guitare c’est pour moi, je le fais pour continuer à m’ouvrir à quelque chose de nouveau qui me challenge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s