Why do we hurt the ones we love the most ?

Bientôt deux mois. Deux mois que notre histoire est terminée. Hier j’ai enfin supprimé son numéro de mon téléphone. Le long mail d’une amie m’a aidé à prendre cette décision. Au fond de moi je savais que ce moment allait arriver mais je le repoussais jour après jour. Je voulais garder un bout de lui intact, le garder précieusement en moi, encore un peu. Parce que j’ai conscience qu’il a su révéler en moi cette part d’ambition que je ne voulais pas m’avouer, il a su pousser les bonnes portes pour me montrer la voie que je rêvais toujours de prendre. Peu après que notre relation se soit terminée, je me suis sentie perdue. J’ai eu l’impression que la plus petite part de ma motivation à faire des choses avait disparu. J’ai cru que tout ça c’était lui. Que je ne retrouverai pas cette envie de vivre, de prendre des risques sans lui à mes côtés pour me montrer la voie.

Mais une corde à l’intérieur s’est mise à vibrer à nouveau. Ma tête s’est emplie d’idées, de projets, de choses à accomplir, encore d’autres chemins à parcourir, d’autres portes à pousser. Je les pousserai seule cette fois, mais seule, ne l’ai-je pas toujours été ? Seule face à mes peurs, mes barrières, mes envies ? Je me suis cachée derrière lui, son image pour me réconforter, mais j’étais bien là à actionner les manettes, mener ma barque. Au fond je n’ai jamais eu besoin de lui pour trouver l’envie ou la motivation. Il était un compagnon, une personne pour m’épauler, donner un regard extérieur sur mes projets. Rien de plus. Rien de plus.

Alors ça y est. Je crois qu’il est temps de tourner la page. De mettre les cartons au grenier et d’ouvrir un nouveau chapitre de ma toute petite existence. Il aura peut-être encore un rôle à jouer … un jour. Peut-être. Mais aujourd’hui il ne fait plus parti de l’histoire. Mon histoire. Aujourd’hui, j’ai reçu un message de mon ex belle sœur. Une femme géniale que je regrettait amèrement de perdre avec cette rupture. Tout comme les frères de mon ex. Des gens géniaux. Mais son message m’a touché, elle m’a dit qu’elle ne voulait pas que l’on coupe les ponts, que si j’avais besoin de quoi que ce soit ils seraient là pour moi. J’ai pleuré comme une petite madeleine devant mon ordinateur. Pleuré devant ces mots plein d’amitié et de douceur.

J’ai recommencé à faire du yoga. 30 minutes tous les deux jours. Ce n’est pas grand chose et cela ressemble plus à des exercices de respiration que de réels mouvements mais je sens que cela me fait du bien. J’essaye de ne pas trop suivre les actualités, juste ce qu’il faut pour rester informé. De toute façon même malgré moi je finis par entendre des échos. Des gens qui s’inquiètent pour le vaccin, pour les emplois, pour tous ces jeunes dont le futurs semblent si incertain. J’ai de la chance, j’ai un travail, un appartement où je me sens bien, et pourtant avec toutes ces nouvelles je perds parfois l’envie de vivre ma vie, je préfèrerai rentrer à la campagne, faire pousser des légumes et oublier ces histoires. Si je n’avais pas tous ces projets en tête je prendrais le premier billet de train et j’arrêterai tout, mon contrat, mon loyer. J’essaye de garder espoir et me projeter un peu, pas trop. Juste assez pour espérer que cet été, les choses se seront améliorées, espérer que les mariages pourront se faire et que je pourrais à nouveaux organiser des shootings.

Au mois de décembre j’ai pris une amie en photo. C’était le premier shooting photo que je réalisais depuis le mois de septembre. Je me suis sentie très peu sûre de moi, comme si j’étais rouillée d’une certaine manière. Je n’ai pas aimé ça. J’ai eu l’impression d’avoir perdu quelque chose. Du coup j’ai décidé de faire un shooting par semaine. Peu importe ce que je prends en photo. Ma créativité a besoin de vibrer à nouveau, je le sens en moi. Il y a quelque chose qui a besoin de s’activer, d’exploser à nouveau. J’ai besoin de retrouver ce petit rush d’adrénaline, cette envie de voir briller le regard des gens que je prends en photo. Quand je pense à la photo, je ne pense plus à lui. Il n’existe plus. Je sais que la photo va m’aider à l’oublier un peu. Retrouver un sens à ma vie surtout. Ma vie sans lui.

J’ai gardé notre grand lit. Parfois je m’y sens toute petite et il y fait froid. Alors je rassemble la couette autour de moi comme un cocon. Parfois j’ai presque l’impression de sentir sa présence dans mon dos. Parfois, le temps de quelques secondes j’ai l’impression que je vais sentir son bras passer par dessus mes épaules pour me serrer contre lui. Mais cela ne dure pas. La réalité me rattrape et je sais que je ne suis pas du bon côté du lit, que la chaleur que je sens est celle de mon propre corps et non la sienne si reconnaissable. Et puis les draps n’ont pas son odeur. Je devrais arrêter de parler de lui. Mais il semble que je ne puisse pas m’en empêcher. Mon amie a vu claire en moi. Bien sûre que je lui en veux. Bien sûre que je suis en colère, parfois j’aimerais hurler, crier pour exprimer la colère que je ressens à son égare. Mais je ne le fais pas. Les murs sont fins et je ne voudrais pas réveiller ma colocataire en plein milieu de la nuit. Alors j’ai choisi la solution la moins contraignante. J’ai effacé son numéro, supprimé son profil de mes amis instagram et facebook. J’ai fait ce que je pensais être assez forte et mature pour ne pas faire. Je voulais être sage et au dessus de cette colère. Elle a gagné et a pris le dessus. J’ai pleuré quand j’ai effacé le numéro. J’ai pleuré de rage et de peur. Le deuil n’a jamais été aussi palpable. Je sens l’absence de cet ami que j’aime tant. Parfois j’ai envie d’accélérer le temps et de pouvoir retrouver cette amitié sans tous les sentiments d’attachement profond que j’éprouve aujourd’hui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s